Algérie Soir

Portail

 
 
 
 
 
 
You are here: Actualités Algérie Presse Quand les archives algériennes se vendent aux enchères
 
 

Quand les archives algériennes se vendent aux enchères

Envoyer Imprimer

Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quand les archives algériennes se vendent aux enchères

Selon le quotidien français La Dépêche, un document du défunt Ahmed Ben Bella, mis aux enchères à Toulouse, a été récupéré in extremis par le correspondant «objets d'arts» de la police judiciaire toulousaine.Ce document de trois pages, intitulé «procès-verbal de l'acte d'inculpation d'Ahmed Ben Bella» et portant le numéro 343-1, a été publié sur la gazette Drouot avant de rejoindre l'hôtel des ventes de Saint-Aubin, à Toulouse, pour être vendu aux enchères du 30 mai. Ce PV d'audition a été retiré donc au dernier moment de la vente pour rejoindre les archives nationales françaises. Marc Labarbe, le commissaire-priseur de l'hôtel des ventes de Saint-Aubin, à Toulouse, a expliqué : «J'ai reçu ordre des services de l'Etat de bloquer la vente de cette pièce car elle n'avait pas vocation à se retrouver aux enchères». Aussi, à cette occasion, un acheteur avait proposé la modique somme de 10 000 ? pour s'accaparer ces trois bouts de papier, signés de la main d'Ahmed Ben Bella. Sur le plan contenu, ces documents faisant suite à l'audition de Ben Bella, réalisée par les agents de la DST, le contre-espionnage français, à Alger, révèlent que ce dernier était en possession de quatre passeports avec des noms différents et qu'il s'apprêtait à rejoindre Tunis en avion avec des dirigeants du FLN, pour étudier «une solution pacifique à la question algérienne». Reste maintenant à savoir, comment ce document sensible, puisqu'il était classé «secret défense», a-t-il pu atterrir dans un circuit commercial, alors que certaines sources évoquent le fait que ledit document aurait «voyagé» de main en main à la faveur de successions, probablement dans l'entourage de Robert Lacoste, gouverneur général de l'Algérie en 1956, sous le gouvernement Guy Mollet. Cette thèse fait toujours l'objet de vérifications pendant que le «PV interdit» suscite moult questionnements quant à la conservation et l'importance des archives de la guerre d'Algérie.
Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.

Commentaires (0)Add Comment

Ecrivez un commentaire
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy