Ambiance conviviale au centre pour personnes âgées de Dely Brahim

Envoyer Imprimer

L’Aïd el Fitr se veut une occasion pour les responsables d’intensifier leurs efforts de manière à ce que ces personnes âgées retrouvent le sourire et baignent dans une atmosphère chaleureuse qui leur fait oublier tous leurs problèmes et la douleur de la séparation, a indiqué la directrice du centre, Naima Belhi.

Différentes prestations, notamment médicales et psychologiques, sont offertes aux pensionnaires en difficultés, a-t-elle affirmé. Les pensionnaires du centre, au nombre de 77, sont âgées entre 23 et 95 ans, dont des orphelines et des handicapées.

La directrice a imputé le recours des personnes âgées au centre au "fait que la majorité n’ont aucune attache familiale et aux conditions sociales difficiles des enfants de certaines d’entre elles", soulignant toutefois que le phénomène d’abandon des parents par leurs enfants "connaît un recul ces dernières années".

D’autre part, Mme Belhi a salué les efforts déployés par l’Etat pour la prise en charge de cette catégorie et la mission du personnel et des psychologues ainsi que le rôle des citoyens charitables à l’égard de ces résidentes.

L’aspect psychologique de la prise en charge des résidentes du centre revêt une importance cruciale afin d’apporter un brin de gaieté et de bien-être à celles-ci, a-t-elle encore précisé.

Hamani Mina, éducatrice au centre de Dely Brahim depuis 18 ans, a insisté sur l’accompagnement psychologique de ces personnes âgées et la valorisation de la relation humaine indispensable à leur bien-être. A cette occasion, elle a appelé les âmes charitables à multiplier les visites aux résidentes de Dely Brahim.

Esquissant un sourire triste, Fatma, 70 ans, a affirmé qu’elle résidait dans ce centre depuis quelques années où elle ne manquait de rien excepté la vue de son fils qui l’a abandonnée.


Commentaires (0)Add Comment

Ecrivez un commentaire
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy